L'insuffisance rénale chez le chat  

L'insuffisance rénale chez le chat  

Le 10/03/2021

L’insuffisance rénale emporte beaucoup de chats par an. Seule une médecine préventive peut faire gagner des années de vie à votre matou.

Retour sur une maladie asymptomatique redoutable et nos conseils pour limiter sa progression, et gérer au mieux cette pathologie.

Qu’est-ce que l’insuffisance rénale ?

On parle d’insuffisance rénale à partir du moment où les reins ne remplissent plus correctement leur rôle. Il s’agit d’un dysfonctionnement qui entraîne une mauvaise élimination des toxines du sang (l’urée est la plus représentative).

Il faut distinguer l’insuffisance rénale aiguë (IRA) et l’insuffisance rénale chronique (IRC).

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

L’IRA est une défaillance majeure et très brutale des fonctions rénales, notamment d’excrétion.

Il existe quatre causes majeures à l’apparition de l’insuffisance rénale aigüe chez le chat :

la pyélonéphrite (infection du rein),

la lésion du rein,

> la répétition de problèmes urinaires,

le cancer du rein.

Les symptômes sont souvent une anorexie et une apathie. Des troubles digestifs (diarrhées et vomissements)sont souvent associés. De même qu’une déshydratation violente avec parfois une hypothermie sévère pouvant entraîner la mort. Le vétérinaire mettra en urgence l’animal sous perfusion pour le réhydrater rapidement.

Toutefois, lorsque les reins sont endommagés de manière trop avancée, le chat s’auto-intoxique et ne peut plus être sauvé.

Insuffisance rénale chronique (IRC)

Cela touche principalement les chats vieillissants. Il y a aussi des exceptions chez des chats jeunes, mais en général d’autres causes sont associées, comme une malformation des reins de naissance.

Les insuffisances rénales aigues mal soignées ou soignées trop tardivement peuvent elles aussi endommager irrémédiablement le parenchyme rénal et entrainer une insuffisance rénale chronique.

L’IRC est une altération progressive des fonctions excrétrices et endocrines du rein. Sur le plan biologique, on observe une augmentation permanente de l’urée et de la créatinine sanguine et une baisse de la densité urinaire.

Les IRC débutantes

Aucun symptômes, la maladie s’installe insidieusement. Seules sont notables au bout d’un certain temps une augmentation du débit de boisson, donc une augmentation des urines.

En phase intermédiaire

La densité urinaire est très faible, les valeurs d’urée et de créatinine sont élevées avec de possibles symptômes comme : vomissements, diarrhées, déshydratation, anémie, ulcères buccaux, hypertension artérielle notamment. Toute administration d’anti-inflammatoires pour d’autres raisons médicales sera à proscrire, sous peine de contribuer à entamer la fonction rénale déjà défaillante.

En phase terminale

Dégradation importante de l’état général (anorexie, déshydratation, maigreur). Une aggravation des désordres digestifs, élévation des valeurs d’urée et de créatinine pouvant aller jusqu’à un coma urémique.

Prévenir l’insuffisance rénale

Le bilan sanguin

Comme nous l’avons vu, l’IRC est hélas asymptomatique, évolue à bas bruit, et quand les symptômes majeurs apparaissent, il est souvent trop tard. Puisqu’il est impossible de la détecter autrement que par un bilan sanguin, nous conseillons de l’effectuer vers l’âge de 7/8 ans, au moment de la consultation annuelle par exemple. Selon les résultats obtenus, le vétérinaire pourra juger de contrôler à nouveau sous 6 mois à 1 an.

La bonne hygiène de vie

Une alimentation moins riche en protéines si votre chat a plus de 7 ans (gamme sénior) est un vrai gain. Bien veiller à ce qu’il ait toujours de l’eau à disposition. Enfin, une alimentation mixte à base de croquettes et de pâtée est recommandée.

Surveillance régulière et changement d’alimentation préventif sont déjà un bonus pour votre chat.

Nos conseils si votre chat est atteint d’insuffisance rénale

Si votre chat est atteint d’insuffisance rénale (IRC), que le diagnostic est tombé, votre vétérinaire traitant mettra en place traitement et changement d’alimentation pauvre en protéines et en phosphore.

Il est vivement recommandé de faire une prise de sang tous les 6 mois. Le but est de vérifier les valeurs d’urée et de créatinine, afin de surveiller l’éventuelle évolution et adapter le traitement en fonction.

Le principe sera donc d’optimiser le fonctionnement des reins et de ralentir le plus possible leur destruction, bien que les dommages déjà produits soient irréversibles.

D’autres examens complémentaires peuvent être effectués :

> mesure de la pression artérielle,

> analyse sanguine pour contrôler si votre chat est anémié ou non (NFS : numération formule sanguine permettant de vérifier s’il y a diminution de globules rouges),

> analyse urinaire pour contrôler la densité,

> échographie pour observer l’aspect des reins et leur éventuelle modification.

Conclusion

La médecine préventive permet à beaucoup de chats de gagner des années de vie avec un dépistage précoce et une surveillance régulière avant que les symptômes n’arrivent.

Les bilans sanguins conseillés à l’âge de 7/8 ans peuvent mettre en lumière ce type de pathologies, hélas courante chez le chat vieillissant.

Notre credo : mieux vaut prévenir que guérir. L’insuffisance rénale ne se guérit pas une fois déclarée, alors prenez soin de vos matous et maintenez cette surveillance médicale.

Conseils à distance ou consultation à domicile, nous vous garantissons la solution vétérinaire la plus pratique et adaptée possible.

À partir de 49€ - Du lundi au samedi - De 08:00 à 20:00 - En savoir plus

Articles dans le même thème :